Saturday, June 19, 2021
Home HAITI Politique Ranmase : « Au revoir ou Adieu, les sénateurs en fin de...

Ranmase : « Au revoir ou Adieu, les sénateurs en fin de mandat ont salué le peuple samedi dernier»

Ils étaient six (6) au studio de Caraïbes FM samedi dernier pour ce qui doit rester comme leur dernière émission de Ranmase en tant que sénateurs ; tout au moins pour certains, mais, en réalité, personne ne sait combien d’entre eux reviendront au grand corps pour un nouveau mandat. Ils étaient néanmoins confiants, comme tout candidat à sa propre succession, ils ont tous présenté un bilan positif de leur passage au sénat de la République mais, comme on sait, c’est le peuple qui jugera même si des fois, le pouvoir, le CEP ou le ‘’blanc’’ ont pris l’habitude de se substituer à la souveraineté populaire pour décider du sort de certains scrutins.

Edmonde Supplice Beauzile (Centre), Youri Latortue (Artibonite), Nenel Cassis (Nippes), Evaliere Beauplan (Nord-Ouest), Kelly C. Bastien (Nord) ou Lambert Joseph (Sud-est) avaient l’air détendu pour cette émission d’autant qu’ils avaient pris pour habitude ces derniers temps de voter dans le même sens ; donc, il n’y avait aucune animosité,  aucun échange pimenté, aucune prise de bec entre ces 6 (six) mousquetaires qui savent d’ailleurs commenter résister aux quolibets d’une opinion publique souvent remontée contre leur position, particulièrement pour le dernier vote de ratification du choix du premier ministre Lamothe où les 10 sénateurs en fin de mandat étaient parmi les 19 qui avaient voté en faveur du premier ministre désigné.

L’ancien officier des FAD’H, sénateur du deuxième département (Artibonite) le plus grand du pays (par sa superficie) après l’Ouest a confessé (puisque c’était l’émission de toutes les confessions) qu’il avait passé tout le mandat du président René Préval dans l’opposition et comme conséquence, en dépit de sa position rectiligne conforme à la morale politique et à sa mission de parlementaire, les projets étaient réalisés sans lui en dépit du fait qu’il était partie prenante de ces projets en votant les lois les ayant permis de voir le jour. Youri Latortue, sans le dire ouvertement, a rectifié le tir sous la présidence de Michel Martelly d’autant qu’il a une réélection à garantir. 

Ennemis acharnés hier, les sénateurs Lambert et Latortue étaient devenus de bons amis ; si bien, qu’ils étaient, pendant cette première année de présidence Martelly, les parlementaires les plus critiqués. Le Dr Bastien qui avait lui-même soufflé le froid et le chaud dans ses rapports avec le chef de l’Etat (il vote ces premiers-ministres et ses lois mais, il le critique de temps en temps comme lors de sa récente maladie qu’il avait jugée suspecte) estime pour sa part que du temps de l’arrivée des sénateurs en fin de mandat au parlement à  aujourd’hui, toutes les communes du pays ont subi une petite retouche dans le sens de son développement et de son progrès (il fait référence au fonds qui a été alloué aux communes dans le dernier budget sous la présidence de son poulain René Préval) et le Dr Bastien dénonce cette tentation à vouloir placer des hommes et des femmes sans formation, sans expérience à des postes de responsabilités (il pense en particulier à Pelotta, musicien de Tropicana, un rival potentiel dans le Nord, Jacques Sauveur Jean dans le Nord-est ou Gracia Delva dans l’Artibonite).

«N’importe qui s’imagine pouvoir devenir  sénateur de la République, c’est le comble de l’indécence et de l’ironie», s’est emporté le parlementaire.  Sous le ton de la plaisanterie, Joseph Lambert a raconté des anecdotes de certaines séances au parlement ou son collègue Latortue tapotait ses pieds par terre sous son bureau pour évacuer la pression et le stress alors qu’Évalière Beauplan, malgré l’air conditionné de la salle des séances, suait abondamment quand les séances sont interminables et les décisions difficiles à prendre.  Youri Latortue racontait qu’après le séisme, alors qu’il ramenait le sénateur Lambert chez lui après qu’il ait été miraculeusement extrait  des décombres du sénat, celui-ci aurait confié qu’il allait désormais consacrer seulement 20 pour cent de son temps  à faire de la politique et 80 pour cent pour les autres choses positives et sociales de la vie, question de remercier le ciel qui lui a permis de rester en vie. Le lendemain même, confia le sénateur Latortue, l’animal politique qu’est Lambert est redevenu ce qu’il était avant le tremblement de terre ; donc promesse non tenue.

Edmonde Supplice Beauzile confia, elle, qu’elle a parfois oublié qu’elle était une femme aux cotés de tous ces hommes.  Évalière Beauplan rapporte lui-même que dans une conversation privée avec son collègue du Nord Polycarpe, celui-ci lui aurait confié sa tristesse de voir partir des sénateurs qui savaient relever le niveau des débats à la chambre haute. Tous ont émis le vœu que le peuple leur redonne la possibilité de revenir pour servir la nation et finir des projets (de lois) qu’ils avaient déjà présentés.

Le terme environnement a été dominant à l’émission avec les dernières pluies qui ont coupé certaines zones (Pernier, Tabarre, Route Frères, Carrefour etc…) avec le reste du pays. Les six sénateurs se sont prononcés sur la nécessité d’une vraie politique environnementale et Nenel Cassis est d’avis qu’une situation d’urgence écologique doit être décrétée pour faire face à la situation. Mme Beauzile qui a été récemment au Mexique, en mission pour le parlement, a dit toute sa déception devant son incapacité à débattre des questions relatives aux dispositions qui sont entrain d’être adoptées dans les pays de la région pour prévoir le futur immédiat de ces pays dans la perspective d’une montée des eaux de la mer.                   « Pendant qu’ils parlent de déplacer des villes côtières à cause des effets climatiques qui vont à coup sur provoquer l’inondation et même l’effacement des villes situées autour au bord de la mer ; nous, on parle des petites précipitations qui rendent le pays invivable », a déploré Mme Beauzile qui se montre particulièrement inquiète pour l’avenir immédiat de ce pays.  

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES

Football : “J’apprends de mes erreurs…”, déclare Josué Duverger, le portier des Grenadiers

Port-au-Prince - Jeudi 17 Juin 2021 - Par Gérald Bordes - Le 15 juin 2021, dans l'Illinois, lors du match retour de l'équipe nationale...

Football-Concacaf| Eliminatoires du Mondial 2022 : les canadiens nous infligent un sévère 3-0

Le rêve qatari terminé, les yeux rivés sur la Gold Cup Port-au-Prince - Mardi 15 Juin 2021 - Par Gérald Bordes - Privée de trois...

Panique à Port-au-Prince. C’est le sauve- qui-peut ce lundi matin

Port-au-Prince - Lundi 14 Juin, 2021 - Par YPM - Une vive panique a encore régné en milieu de matinée ce lundi sur la...

Jovenel Moïse supprime son dernier tweet défendant la tenue du référendum

Port-au-Prince - Lundi 14 Juin 2021 - Par YPM - Publié le 12 juin, le tweet du Président Jovenel Moïse appelant la population à...

Karaté / Texas Open: Mejorika Dorvil, une fille en or

Port-au-Prince - Lundi 14 Juin, 2021 - Comme le dit le vieil adage, « pitit tig se tig », la petite Mejorika Dorvil, 5...

Football/ Statistiques des Grenadiers: Une performance mitigée pour les Grenadiers

Port-au-Prince - Par Gérald Bordes - Après avoir perdu le match aller du deuxième tour (0-1) contre le Canada, au satde Sylvio Cator, ce...

Football-Qualification Coupe du Monde Qatar 2022 : Haïti perd son premier match face au Canada (0-1)

Haïti n'a pas droit à l'erreur en retour Port-au-Prince - Par Gérald Bordes - Le samedi 12 juin 2021, dans le cadre du deuxième tour...

Haïti- Jean Auguste Mesyeux, un des prisonniers de « la Toussaint » n’est plus

Port-au-Prince - Vendredi 11 Juin 2021 - Par YPM - L’un des prisonniers de “La Toussaint” Jean Auguste Mesyeux est décédé le jeudi 10...