Tuesday, July 23, 2024
HomeGeneralFootball : Sélection nationale Philippe Vorbe raconte l’humiliation subie par la sélection...

Football : Sélection nationale Philippe Vorbe raconte l’humiliation subie par la sélection nationale de 1974 !

Port-au-Prince – Par Gérald Bordes – Le 15 juin 2024 a ramené 50 ans depuis que les Grenadiers de l’équipe nationale haïtienne ont inscrit leur nom en lettres d’or dans le livre du football mondial en disputant leur premier match de la Coupe du Monde 1974 à l’Olympiastadion de Munich face à l’Italie de Dino Zoff qui avait gardé sa cage inviolée pendant 1 142 minutes.

Mais sur une passe précise de Philippe Vorbe, le meilleur attaquant haïtien de tous les temps Emmanuel Manno Sanon a mis fin à cette invincibilité en se débarrassant d’un défenseur italien et en dribblant le gardien Zoff pour marquer le premier but du match même si les Grenadiers avaient perdu le match (1-3). Cinquante ans après cet exploit, Philippe Vorbe, dans un entretien accordé à Patrice Dumont sur les pelouses du stade Sylvio Cator, raconte l’humiliation qu’a connue sa sélection avant leur participation à la Coupe du monde de Munich 1974.

L’emblématique Philippe Vorbe a fait savoir que l’équipe avait été dupée par l’État haïtien. En effet, avant les éliminatoires de la Coupe du monde la sélection avait rencontré le président de la Fédération haïtienne de football de l’époque, le général de la Force armée d’Haïti (FAD’H) Claude Raymond qui leur a dit que s’ils parvenaient à se qualifier pour le Mondial, chaque joueur recevrait un terrain en cadeau de l’État haïtien. Mais cette promesse n’a jamais été respectée. Et pour protester contre cette fausse promesse, les Grenadiers avaient décidé de boycotter la préparation en quittant le camp d’entraînement. Une décision qui leur a été préjudiciable puisqu’ils ont été persécutés et contraints de regagner leur camp d’entraînement.

La légende vivante du football haïtien a également affirmé que leurs passeports avaient été confisqués par le gouvernement. Mais, le président de la République, Jean Claude Duvalier, lors d’une rencontre avec le groupe, l’a autorisé à avoir son passeport pour pouvoir faire des visites touristiques après la Coupe du monde. Ses coéquipiers ont été contraints de rentrer chez eux après le Mondial. Il a également souligné que chaque joueur de la sélection n’a reçu qu’une somme de poche de 1.500 dollars américains pour cette campagne historique. Suite à ces révélations macabres, il appartient à l’État haïtien actuel de réparer le préjudice causé à ces héros même si le président René Préval avait accordé une pension viagère à ces Grenadiers en mars 2008.

 

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES