Sunday, May 9, 2021
Home INTERNATIONAL Etats-Unis Etats-Unis - Début de mandat difficile en vue pour Joe Biden

Etats-Unis – Début de mandat difficile en vue pour Joe Biden

Dans une capitale aux allures de ville assiégée, sans foule et sous haute protection au lendemain d’une insurrection armée : l’intronisation de Joe Biden mercredi, à titre de 46e président des États-Unis, s’annonce atypique, tout comme d’ailleurs les premiers jours de sa présidence durant lesquels il va devoir faire face à d’importants défis, depuis une mer houleuse.

Pandémie

Joe Biden a mis la pandémie en tête de ses priorités. Il hérite toutefois d’un pays où la maladie s’est propagée de manière incontrôlée, en raison de l’inertie et de la négation du problème par le gouvernement sortant. Conséquence : au dernier jour de la présidence de Trump, le nombre de morts a franchi la barre des 400 000. Il devrait dépasser le demi-million à la mi-février, selon le Center for Disease Control (CDC).

« La gestion de la pandémie va être un de ses plus importants chantiers, résume Robert Lehrman, ancien rédacteur principal des discours d’Al Gore, en entrevue au Devoir. Il s’est donné un objectif ambitieux de vacciner 100 millions d’Américains dans les 100 premiers jours de sa présidence. Va-t-il y arriver ? »

Son équipe de gestion de la crise sanitaire l’espère, même si elle n’est pas encore certaine des conditions dans lesquelles elle va devoir travailler. Le manque de transparence et de collaboration du gouvernement Trump dans la transition pourrait lui réserver des surprises, sur l’approvisionnement en vaccins, entre autres, et enrayer par le fait même son projet de faire grimper à 900 000 le nombre de doses administrées chaque jour jusqu’au 1er avril prochain. À ce jour, 14,3 millions d’Américains ont été vaccinés.

Combattre le terrorisme intérieur

Joe Biden va mettre l’unité du pays au cœur de son discours d’assermentation, et ce, pour mieux combattre un ennemi intérieur, celui de la radicalisation qui, le 6 janvier dernier, a entraîné l’insurrection du Capitole.

« Il va avoir beaucoup de dégâts à nettoyer, résume en entrevue W. Joseph Campbell, professeur de communication à l’American University de Washington, D.C. Le terrorisme intérieur en fait partie. »

Les arrestations et les enquêtes des derniers jours sur les acteurs de l’attaque du dôme de la démocratie ont trouvé un point commun entre les insurgés qui dépassent largement leur fanatisme pour Donald Trump ou leur inclination pour les discours racistes et pour les théories du complot. La plupart étaient des retraités ou des membres actifs de services de police ou des forces armées des États-Unis. « C’est la tendance la plus incroyablement troublante [de ces événements], a résumé samedi le colonel à la retraite Jeffrey D. McCausland dans les pages du San Diego Union-Tribune. Ces personnes sont censées protéger la Constitution et soutenir les lois, et là, elles font le contraire. »

Mardi d’ailleurs, le FBI a annoncé avoir soustrait une douzaine de gardes nationaux américains des troupes chargées de la sécurité de la capitale au moment de l’intronisation de Joe Biden, sur les 25 000 passés au crible par les autorités, pour des raisons de sécurité non dévoilée. Deux de ces militaires avaient des liens avec des milices liées à la droite radicale américaine, selon l’Associated Press.

La distraction d’une destitution

En arrivant au pouvoir pour regarder en avant, Joe Biden est aussi condamné à regarder un peu derrière avec le procès en destitution de Donald Trump qui va s’ouvrir au Sénat dans les premiers jours de sa présidence. L’ex-président est accusé d’avoir induit l’insurrection du Capitole avec ses propos incendiaires et ses accusations non fondées de vol des élections par les démocrates.

« Il ne devrait pas être distrait par cette procédure en destitution, assure Robert Lehrman, puisque ce sont la Chambre des représentants et le Sénat, où les démocrates sont majoritaires qui vont s’en charger. Joe Biden ne devrait pas non plus promouvoir ou commenter ce dossier, puisqu’un de ses chantiers les plus importants est de rassembler les Américains, plutôt que de les diviser. »

Avec près de 74 millions d’Américains qui, après quatre années de trumpisme, ont voté à nouveau pour Donald Trump en 2020, l’exercice reste périlleux, et ce, même si mardi, le leader républicain au Sénat, Mitch McConnell, un allié du milliardaire, a admis que le président avait incité aux émeutes du 6 janvier. « Joe Biden doit être prudent, a commenté en entrevue Josh Bentley, spécialiste en communication politique à la Texas Christian University. Beaucoup de démocrates sont en colère et veulent que des mesures sévères soient prises contre la droite. Le hic, c’est que si Joe Biden prend le chemin de la revanche, son image publique va se détériorer rapidement. »

Changer la tonalité

Or, c’est plutôt un changement de tonalité que Joe Biden souhaite amener à Washington avec, entre autres, la signature dans les premiers jours de sa présidence d’une douzaine de décrets visant à incarner le début de ce temps nouveau. Parmi eux, l’un devrait annoncer le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris sur le climat et un autre renverser la décision de Trump de quitter l’Organisation mondiale de la santé. Il compte aussi abroger l’interdiction de voyage vers les États-Unis en provenance d’une dizaine de pays à majorité musulmane, adoptée par le populiste au début de sa présidence. L’Iran, la Libye, la Syrie sont dans cette liste.

Sur la scène intérieure, Joe Biden va tenir sa promesse de régulariser le statut des Dreamers, ces Américains entrés illégalement au pays durant leur enfance en leur proposant un plan de naturalisation sur les huit prochaines années.

Reste que, mercredi matin, Joe Biden va prêter serment avec une main en l’air, mais avec une autre attachée dans le dos. Au sens figuré. Fait rare, s’il entre en fonction, son cabinet ministériel, lui, va le suivre plus tard. Les bâtons que Trump a mis dans les roues de la transition, en niant sa défaite, ont retardé l’audition des candidats devant le Sénat — elles ont commencé mardi — et ont empêché la confirmation des nominations à temps pour le premier jour de son gouvernement.

Source : LE DEVOIR (Montreal, Canada)

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES

Football-Championnat national : Le Racing CH sera-t-il à la hauteur pour le derby contre le Violette AC?

Port-au-Prince - Samedi 8 Mai, 2021 - Par Gérald Bordes - Rien ne va plus pour le Racing Club Haïtien qui est la lanterne...

Enlevé en Haïti, le Père Michel confie: “J’ai parlé de Gandhi à mes ravisseurs”

Paris (France) - Lundi 3 Mai, 2021 - Par Nicolas Delesalle - EXCLUSIF du Magazine Paris Match ! Paris Match a rencontré en exclusivité le...

Baker-Polito Administration on Track to Hit Goal of 4.1 Million People Vaccinated, Announces Next Phase of Vaccination Efforts

Massachusetts set to vaccinate 4.1 million people by the beginning of June BOSTON – Today, Governor Charlie Baker and Lt. Governor Karyn Polito were joined...

Trust the Facts. Get the Vax

VAKSEN SOVE LAVI https://youtu.be/Mm1PcZ93myI

Football: Le Cheval rouge, nouveau leader, le vieux Lion lanterne rouge

Port-au-Prince - Dimanche, 2 Mai, 2021 - Par Gérald Bordes - Rien ne va plus pour le vieux Lion. Il ne rugit plus. Samedi,...

Jeu de dames: Le champion du monde Mackendy Saint-Juste dans nos murs du 18 au 22 Mai 2021

Port-au-Prince - Dimanche, 2 Mai, 2021 - Par Gérard Bordes - Décidément, les damistes du Nord font toujours la fierté du pays. Après que...

Baker-Polito Administration Announces $7.7 Million to Support and Expand Shared Local Public Health Services

Grant program funds 29 groups of cities and towns to improve local public health Boston (April 30, 2021) - Omar Cabrera - Omar.Cabrera@mass.gov The Baker-Polito Administration...

Boston- Pwomosyon Lang Kreyòl ak Kilti Ayisyen

Boston - Demain, de 6h PM à 8h PM, conférencve virtuelle pour la promotion de la langue nationale et de la culture haïtienne avec...