Monday, August 8, 2022
Home INTERNATIONAL Europe Il y a 60 ans, Patrice-Emery Lumumba était assassiné: un crime politique...

Il y a 60 ans, Patrice-Emery Lumumba était assassiné: un crime politique encore jamais résolu

Il y 60 ans, le 17 janvier 1961, le premier et éphémère Premier ministre du Congo indépendant, Patrice-Emery Lumumba, était assassiné dans des circonstances qui n’ont toujours pas été éclaircies, mais en présence d’officiels belges.

Patrice-Emery Lumumba a été l’une des principales figures de l’indépendance du Congo, colonie belge depuis 1908 et jusqu’au 30 juin 1960. Il était alors devenu le premier chef du gouvernement après l’indépendance, accordée dans la précipitation lors de la Table ronde de Bruxelles quelques mois auparavant.
Il n’a toutefois exercé cette fonction que quelques mois dans un pays immédiatement plongé dans les troubles et divisé par les rébellions armées, révoqué par le président Joseph Kasa-Vubu.

C’est toutefois le futur maréchal Mobutu Sese Seko qui a scellé son sort et permis son assassinat, en l’envoyant au Katanga. Lumumba est torturé dès son arrivée à Elisabethville (aujourd’hui Lubumbashi), le chef-lieu de la province séparatiste, et assassiné le 17 janvier 1961, dans des circonstances restées obscures mais en présence d’officiels belges.

Une commission parlementaire d’enquête belge a évoqué en 2001 une responsabilité “morale” de la Belgique, révélant que son cadavre avait été plongé dans l’acide. Le gouvernement avait alors présenté les excuses de la Belgique au Congo.

En pleine Guerre froide, l’ombre de la CIA a aussi plané sur l’opération fatale au dirigeant congolais, jugé trop proche de Moscou.

En décembre 2012, la justice belge a annoncé qu’à la demande de la famille de l’ancien dirigeant congolais, elle allait lancer une enquête sur cet assassinat. Une bonne partie des personnes susceptibles d’être poursuivies dans cette affaire sont toutefois décédées, le dernier en date étant l’ex-lieutenant-colonel Claude Grandelet, mort le 17 décembre 2014 à Bouge (Namur), à l’âge de 80 ans.
Né le 2 juillet 1925 à Onalua (centre du pays), Patrice-Emery Lumumba était considéré comme un élève brillant mais avait dû interrompre ses études tôt, faute d’enseignement supérieur. Autoditacte, il embrasse une carrière de journaliste et reçoit en 1954 sa carte d'”immatriculé”, un rare privilège accordé à quelques “indigènes” prometteurs.

Il entame ses activités politiques en 1955 en fondant une “association du personnel indigène de la colonie” (APIC), puis en octobre 1958, le Mouvement national congolais (MNC). Ce qui le conduit à participer à la conférence panafricaine d’Accra, rassemblant en décembre de la même année des leaders indépendantistes africains.

Emprisonné à la suite de troubles à Stanleyville (aujourd’hui Kisangani, nord-est), il est toutefois libéré en toute hâte par les autorités coloniales pour lui permettre de participer à la Table ronde de Bruxelles qui fixe la date de l’indépendance au 30 juin.

Désigné Premier ministre après les élections de mai 1960, le leader du MNC est investi le 23 juin, une semaine avant l’indépendance, alors que le président du nouvel Etat était Joseph Kasa-Vubu, de l’ABAKO.

Lors de la cérémonie de proclamation de l’indépendance, Lumumba avait prononcé – alors que ce n’était pas prévu – un discours virulent dénonçant les abus de la politique coloniale belge depuis 1885, date à laquelle le roi Léopol II commença à exercer une souveraineté de fait jusqu’en 1908. Au lieu de s’adresser au roi Baudouin présent à la cérémonie, il avait entamé son allocution par une salutation “aux Congolais et Congolaises, aux combattants de l’indépendance…”. Son discours proclamait que l’indépendance marquait la fin de l’exploitation et de la discrimination, le début d’une ère nouvelle de paix, de justice sociale et de libertés. Il avait également dénoncé “les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres”.

Lumumba avait été destitué dès le 5 août par Kasa-Vubu, avec l’assentiment de l’ONU qui venait de déployer des Casques bleus à la demande du gouvernement congolais en réponse à une intervention militaire belge faisant suite à la mutinerie de la Force publique et à la sécession de la riche province du Katanga.

Acculé à la fuite, il avait finalement été arrêté le 9 décembre 1960 et emprisonné dans une caserne des environs de Léopoldville (désormais) Kinshasa, la capitale.

Le 17 janvier 1961, le colonel Joseph-Désiré Mobutu, arrivé au pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat en septembre précédent, avait envoyé Lumumba à Elisabethville, où il est torturé dès son arrivée et assassiné à 21h43.

L’actuel président congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a annoncé voici un mois le rapatriement cette année des restes se trouvant en Belgique du “héros national” de l’indépendance Patrice-Emery Lumumba vers la République démocratique du Congo (RDC) et promis la construction digne d’un “héros de l’indépendance”.

Son corps n’a jamais été retrouvé. Mais une dent censée lui appartenir avait été saisie chez la fille d’un ex-policier belge, Gérard Soete, qui avait contribué à faire disparaître le corps de l’ancien Premier ministre congolais. Elle est actuellement entre les mains de la justice belge.

Source : RTLinfo

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES

Échecs / Olympiades: Le Lascahobassien Davidson Gabriel remporte le titre de Maître FIDE (Fédération Internationale d’Echecs)

Port-au-Prince - Par Gérald Bordes - Ce dimanche 7 août, grâce à sa victoire face au Togolais Tcchouka Yakini, le fils de Lascahobas, joueur...

Un haut cadre de l’Etat et son chauffeur exécutés, leurs cadavres brûlés par des gangs armés

Port-au-Prince - Par YPM - Le Directeur de l’Entreprise Publique de Promotion de Logements Sociaux et ancien Sénateur de la République, Yvon Buissereth ainsi...

Sport et Société: Jacot Football Passion rend hommage au sénateur et chroniqueur sportif Patrice Dumont

Port-au-Prince - Par Gérald Bordes - Ce vendredi 5 août, dans son annexe d'Henfrasa, à Delmas, le directeur général de l'école de football Jacot...

La PNH libère 6 otages à La Croix-des-Bouquets

Port-au-Prince - Par YPM - La Police Nationale d’Haïti a libéré six (6) otages dont un ressortissant français lors d’une opération menée ce jeudi...

Congresswoman Ayanna Pressley Joins Vice President Harris in Dorchester for Roundtable on Reproductive Rights

WASHINGTON – Today, Congresswoman Ayanna Pressley (MA-07) joined Vice President Kamala Harris at the IBEW Local 103 in Dorchester for a roundtable with Massachusetts...

Enquête sur les armes et munitions reçues au profit de l’Eglise Épiscopale d’Haïti: deux personnes dont Le secrétaire exécutif diocésain, le père Frantz Cole...

Port-au-Prince - Par YPM- Deux personnes dont le secrétaire exécutif diocésain, le père Frantz Cole devraient répondre aux questions de la Direction Centrale de...

De fausses notes au sein du Secteur Démocratiques et Populaires

Port-au-Prince - Par YPM- Les violons semblent ne plus s’accorder entre des personnalités de premier plan du Secteur Démocratique et Populaire (SDP). En début...

Le SDP abandonne le navire d’Ariel Henry en se retirant de l’accord du septembre

Port-au-Prince - Par YPM- Le Secteur Démocratique et Populaire (SDP) qui avait mené une bataille sans merci contre l’ancien Président Jovenel Moïse, et qui...