Wednesday, June 19, 2024
HomeINTERNATIONALEuropeROYAUME-UNI : ELECTIONS LEGISLATIVES ANTICIPEES LE 4 JUILLET 2024

ROYAUME-UNI : ELECTIONS LEGISLATIVES ANTICIPEES LE 4 JUILLET 2024

Entretien avec le Professeur Alex MacLeod (PHD) de l’Université du Québec à Montreal (UQAM)

Brockton (Massachusetts) – PAR YVES CAJUSTE – Les élections législatives anticipées prévues le 4 juillet au Royaume-Uni ouvrent la voie à un affrontement politique à forts enjeux entre le parti conservateur, au pouvoir depuis 14 ans, et le parti travailliste, désireux de capitaliser sur une vague croissante de contestations. mécontentement.


Ces élections, convoquées de manière inattendue, sont considérées comme un moment crucial pour les deux principaux partis alors qu’ils luttent pour façonner l’avenir du pays dans un contexte d’incertitude économique, de défis sociaux et de dynamique géopolitique changeante.

À la tête du Parti conservateur se trouve le Premier ministre Rishi Sunak, qui a pris la direction du pays en octobre 2022nen promettant stabilité et prudence économique. Sunak, ancien chancelier de l’Échiquier, a joué un rôle important dans la conduite du Royaume-Uni à travers les eaux turbulentes de la pandémie de COVID-19 et les efforts de relance économique qui ont suivi. Son mandat est marqué par l’accent mis sur la responsabilité budgétaire, visant à équilibrer le budget tout en investissant dans des secteurs clés pour stimuler la croissance. Cependant, son gouvernement fait face à des critiques concernant la hausse du coût de la vie, les crises des soins de santé et son échec dans la lutte contre les inégalités sociales à long terme.

De l’autre côté de l’échiquier politique se trouve Keir Starmer, le chef du Parti travailliste, qui a rajeuni l’image de son parti grâce à un mélange de politiques pragmatiques et d’engagement en faveur de la justice sociale. Starmer, ancien directeur des poursuites pénales (procureur), a positionné le parti travailliste comme une alternative crédible à l’administration conservatrice, en soulignant la nécessité d’un modèle économique plus juste, de services publics plus solides et d’une action plus robuste contre le changement climatique. Sa campagne a trouvé un écho particulièrement auprès des jeunes électeurs et de ceux qui sont déçus par l’état actuel de la gouvernance.

L’immigration : un sujet de grand débat entre les deux principaux partie

Le débat sur la politique controversée d’envoyer les immigrés au Rwanda a occupé le devant de la scène électorale au Royaume-Uni, devenant un point chaud entre les partis conservateur et travailliste. Le gouvernement conservateur, dirigé par le Premier ministre Rishi Sunak, a défendu cette politique comme une solution audacieuse pour dissuader l’immigration illégale et la traite des êtres humains. Le plan prévoit l’expulsion des demandeurs d’asile arrivant au Royaume-Uni par des moyens non autorisés vers le Rwanda, où leurs demandes d’asile seraient traitées. Sunak affirme que cette approche est nécessaire pour briser le modèle économique des passeurs et pour gérer plus efficacement le système d’immigration du Royaume-Uni. Cette politique a été présentée comme une mesure visant à garantir que seuls ceux qui suivent des voies légales puissent s’installerau Royaume-Uni, préservant ainsi l’intégrité des frontières du pays.

Dans une opposition farouche, Keir Starmer et le Parti travailliste ont condamné la politique rwandaise comme étant inhumaine et peu pratique. Starmer a critiqué le plan pour ses implications éthiques et a remis en question sa légalité et son efficacité. Les travaillistes soutiennent que cette politique ne s’attaque pas aux causes profondes de la migration et propose à la place une stratégie globale qui comprend l’élargissement des itinéraires sûrs et légaux pour les demandeurs d’asile, le renforcement de la coopération internationale et l’investissement dans les infrastructures nationales pour traiter plus efficacement les demandes d’asile. Ce débat sur la politique rwandaise a mis en lumière des divisions idéologiques plus profondes entre les deux partis en matière d’immigration, les conservateurs se concentrant sur la dissuasion et la sécurité des frontières, tandis que les travaillistes plaident pour une approche plus humaine et systématique de la réforme de l’immigration.

 

Pour analyser les sujets de la campagne électorale au Royaume-Uni, notre invité est Alex MacLeod (PhD), *”Professeur au département de science politique de l’Université du Québec à Montreal (UQAM), et directeur du Centre d’études des politiques étrangères et de sécurité (CEPES). Les Domaines de recherche du professeur MacLeod : sécurité de l’Europe occidentale, la politique européenne de sécurité et de défense (PESD), politique étrangère et de sécurité de la France et du Royaume-Uni, théories des relations internationales et de la sécurité“.
* Site Web de l’Université du Québec à Montreal (UQAM)

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES