Wednesday, June 19, 2024
HomeGeneralCorruption et criminalité en Haïti: un groupe d'haïtiens interdits d'entrer sur le...

Corruption et criminalité en Haïti: un groupe d’haïtiens interdits d’entrer sur le territoire dominicain

.Port-au-Prince – Par YPM -Après le Canada et les Etats-Unis, c’est au tour de la République Dominicaine d’avoir adopté une mesure d’interdiction d’entrer sur son territoire de près d’une quarantaine de citoyens haïtiens faisant partie de la classe politique, d’anciens Premiers Ministres, anciens Ministres, ex parlementaires, des hommes d’affaires qui seraient mêlées dans des activités illicites ou la criminalité. Cette disposition s’étend également à des chefs de gangs qui opèrent en Haïti.

Dans une décision adopée en début de weekend, le président Dominicain, Luis Abinader a instruit le directeur de la migration Venancio Alcántara Valdez de prendre toutes les dispositions pour empêcher à ces citoyens haïtiens de fouler le sol dominicain.

Sur la liste soumise par le Président Dominicain à son directeur de la migration l’on retrouve Youri Latortue , Gracia Delva, Liszt Quitel, Rodolphe Jaar, Bredy Charlot, Kesner Normil, Evans Paul, Assad Volcy, Jean Tholbert Alexis, Victor Prophane, Laurent Salvador Lamothe, Richard Lenine Hervé Fourcand, Rony Celestin, Gary Bodeau, Espérance Pierre, Charles Kiko Saint- Rémy, Sherif Abdallah, Arnel Belizaire, Salim Succar, Reynold Deeb, Nénel Cassy, ​​Berto Dorcé et Antonio Cheramy (a) Don Kato.

Les autorités dominicaines ont également dans leur viseur Steve Khawly, Frantz Cole, Jean Mordecai Vil, Fritz Desire, Dieune Day, Romel Bell, Wakin Pierre, Jhonson Andrew (a) Izo, Manuel Soloman dit Manno, Joselito Petit-Homme alias Ti Makak, Carlo Petit-Homme (Ti Makak), Elan Luckson, Jermaine Stephenson (Gaspiyay), Albert Stevenson (Djouma), Julmé Ernst (Ti Greg) et Woodley Ethéart (Sonson La Familia).

Selon Luis Abinader, bon nombre de ces personnes qui figurent sur cette liste représenteraient une menace pour la République Dominicaine.

Le président dominicain a justifié sa décision en vertu de l’article 128 de la Constitution qui lui donne le pouvoir d’interdire, lorsque cela convient à l’intérêt public, l’entrée des étrangers sur le territoire national.

Il est rappelé que la loi 285-04, générale des migrations , et son règlement d’application, permettent d’empêcher l’entrée sur le territire national des étrangers qui ont un casier judiciaire ou qui, de l’avis des autorités compétentes, constituent un type de menace contre la sécurité nationale et les intérêts de la République

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES