Sunday, May 26, 2024
HomeHAITIPublication du décret du 12 avril 2024 sur le Conseil Présidentiel :...

Publication du décret du 12 avril 2024 sur le Conseil Présidentiel : Les parties prenantes signataires de l’accord politique du 3 avril 2024 crient au scandale et dénoncent le Gouvernement démissionnaire

Port-au-Prince – Par YPM – Les parties prenantes signataires de l’accord politique du 3 avril 2024 pour une transition pacifique et ordonnée sur la situation politique et qui ont leurs représentant au sein du Conseil Présidentiel dénoncent vertement l’introduction de modifications qu’elles jugent majeures dans le décret publié le 12 avril 2024, qui : « dénaturent le projet consensuel d’un Exécutif bicéphale porté par le Conseil Présidentiel de Transition ».

Ces organisations qui contestent la validité du décret du 12 avril 2024 reprochent notamment au Premier Ministre « empêché » et son Gouvernement démissionnaire de n’avoir pas respecté les engagements auxquels ils ont souscrit à travers leurs représentants directs regroupés au sein de l’Accord du 21 décembre pour désigner le Dr. Louis Gérald Gilles comme membre du Conseil Présidentiel, de n’avoir pas mentionné l’Accord politique du 3 avril 2024 dans le du 12 avril.

En vertu d’un ensemble de considérations, dont le flot de déplacés internes dus à la violence des gangs et les « territoires perdus », l’interruption des circuits d’approvisionnement du pays, le dysfonctionnement de l’administration publique, les parties prenantes de l’accord politique du 3 avril 2024 demandent la publication dans le Moniteur de l’Accord politique et le document portant organisation et fonctionnement du Conseil Présidentiel, la mise en relation des commissions de passation de pouvoirs bipartites et l’installation dans les meilleurs délais du Conseil Présidentiel de Transition dans la forme et la teneur définies dans l’Accord Politique pour Transition Pacifique et Ordonnée du 3 avril 2024.

Dès sa publication le 12 avril dernier, le décret portant création du Conseil présidentiel de transition avait été vivement salué par la communauté internationale qui juge que cette étape franchie constituait une avancée significative pour la résolution de la crise politique et le rétablissement de la sécurité dans le pays.

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES