Friday, June 21, 2024
HomeHAITISportsLigue des champions: face à l'Inter, le héros Rodri offre un premier...

Ligue des champions: face à l’Inter, le héros Rodri offre un premier sacre à Manchester City et un incroyable triplé

Dans une finale longtemps insipide, Rodri a allumé la lumière pour permettre à Manchester City de remporter la première Ligue des champions de son histoire face à l’Inter Milan à Istanbul. Déjà vainqueur de la Premier League et de la Coupe d’Angleterre, les Citizens réalisent un triplé historique.

ISTANBUL – TURQUIE – Analie Simon – (RMC SPORTPep Guardiola la tient enfin. Arrivé sur le banc des Cityzens à l’été 2016, le technicien de 52 ans a enfin vaincu la malédiction pour offrir à Manchester City la première Ligue des champions de son histoire ce samedi, après une finale longtemps indigeste face à l’Inter Milan à Istanbul (1-0).

Mais tout s’est décanté dans les vingt dernières minutes, lorsque Rodri a allumé la flamme, avant qu’Ederson ne sauve la maison. Suffisant pour faire basculer les Skyblues dans le bonheur infini d’un premier sacre européen.

Malédiction pour De Bruyne

La première confrontation entre les deux équipes était fortement attendue. Pourtant, elle a mis beaucoup de temps à se décanter. Face à la défense rugueuse des Italiens, les hommes de Pep Guardiola ont dû attendre la 26e minute pour faire passer un premier frisson à André Onana, décisif sur une frappe d’Erling Haaland.

Menace numéro une de l’attaque des Citizens, le Norvégien a eu très peu d’occasions à se mettre sous la dent, bien encerclé par Bastoni et Acerbi, piliers d’une arrière-garde italienne regroupée dans ses 30 derniers mètres. Il a en plus dû faire face à la blessure de Kévin De Bruyne, sorti à la demi-heure de jeu. Un nouveau coup dur pour le maître à jouer belge, déjà sur le flanc lors de la finale en 2021 face à Chelsea. En face, les Intéristes ont surtout cherché à rester solides défensivement, les munitions étant données par Ederson, pas à son aise en première période.

Il en a suffit d’une

Face à l’enjeu, le football rugueux a pris le pas sur le football champagne au retour des vestiaires. Comme lors du premier acte, les Italiens ont profité d’un nouveau cadeau de la défense anglaise – Akandji en l’occurrence – pour faire passer un nouveau frisson sur une frappe puissante de Lautaro Martinez (58e). Le défenseur suisse s’est en revanche parfaitement rattrapé dix minutes plus tard, lorsqu’il a servi Bernardo Silva dans la surface de réparation. Le centre du Portugais a mal été renvoyé par l’arrière-garde des Nerazzurri, avant que Rodri ne libère tout un peuple d’une frappe puissante (1-0, 68e), comme il l’avait fait en quart de finale aller face au Bayern Munich.

Une ouverture du score libératrice pour le champion d’Angleterre et pour le spectacle, très décevant jusque-là. Dans l’obligation de se découvrir pour aller chercher l’égalisation, les vainqueurs de la Coupe d’Italie ont bien cru y parvenir dans la foulée, mais la barre transversale et Lukaku ont privé Di Marco d’un grand bonheur.

Le buteur belge, entré en cours de match, aurait pu être le sauveur de l’Inter à la 90e minute, mais Ederson, auteur d’un arrêt réflexe sur sa ligne, en a décidé autrement. Une ultime occasion d’une finale européenne qui restera à jamais comme la première remportée par Manchester City, qui complète sa collection après la Premier League et la Coupe d’Angleterre. C’est la troisième Coupe aux grandes oreilles pour Pep Guardiola, qui entre un peu plus dans l’histoire avec un deuxième triplé Ligue des champions-championnat-Coupe nationale (après 2009 avec le Barça).

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES