Saturday, May 18, 2024
HomeINTERNATIONALEtats-UnisKevin McCarthy, le chef de la Chambre des représentants a été destitué,...

Kevin McCarthy, le chef de la Chambre des représentants a été destitué, une première aux États-Unis

Washington – (Agence France Presse ) – Le chef républicain de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a été évincé mardi de son poste, victime de querelles fratricides au sein de son parti. Un tel vote n’avait pas eu lieu depuis plus d’un siècle aux États-Unis.

Un élu de la droite dure américaine, Matt Gaetz, avait déposé une motion pour destituer le « speaker », pourtant membre de son parti.

Or, l’aile droite du Parti républicain s’oppose vivement au déblocage de fonds supplémentaires pour Kiev, estimant que cet argent devrait plutôt servir à lutter contre la crise migratoire à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.
« Changer de leadership »

Cette manoeuvre procédurale de destitution, très rarement utilisée dans l’histoire parlementaire américaine, a déclenché une épreuve de force périlleuse à la chambre basse.

Le président de la Chambre des représentants était pourtant confiant mardi. « Je pense que je vais tenir le coup », avait déclaré Kevin McCarthy, quelques heures avant l’examen de la motion de censure.

Mais qu’importe que l’immense majorité du groupe parlementaire de Kevin McCarthy le soutienne publiquement : les trumpistes disposent d’un veto de fait dans cette institution, compte tenu de la très fine majorité républicaine.
« Problèmes de confiance »

Aucun « speaker » n’avait jamais été évincé de son poste dans l’histoire des États-Unis.

Pour se sortir de cette impasse, le quinquagénaire a tenté d’utiliser une série de manoeuvres procédurales, appelant notamment à ajourner l’examen de la motion de destitution. Mais ces tentatives avaient toutes échoué, accentuant la pression sur l’élu de Californie.

Kevin McCarthy, 58 ans, avait déjà été élu au forceps en janvier, en raison de la très mince majorité républicaine.

Pour accéder au perchoir, il avait dû faire d’énormes concessions avec une vingtaine de trumpistes, dont la possibilité que n’importe quel élu ait le pouvoir de convoquer un vote pour le destituer.

Une promesse qui est revenue le hanter mardi.

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES