Sunday, August 14, 2022
Home HAITI Politique Haïti : l’ONU s’inquiète de l’aggravation de la violence des gangs et...

Haïti : l’ONU s’inquiète de l’aggravation de la violence des gangs et demande aux autorités d’agir

Port-au-Prince – (Bureau de Presse, ONU) – Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est déclaré samedi profondément préoccupé par l’aggravation de la violence à Port-au-Prince ainsi que par l’augmentation des violations des droits humains commises par des gangs lourdement armés contre la population locale.

« Nous demandons instamment aux autorités de veiller à ce que tous les droits humains soient protégés et placés au centre de leur réponse à la crise. La lutte contre l’impunité et les violences sexuelles, ainsi que le renforcement de la surveillance et de l’établissement de rapports en matière de droits de l’homme, doivent rester une priorité », a dit un porte-parole du HCDH, Jeremy Laurence, dans une déclaration à la presse publiée à Genève.

De janvier à fin juin, l’ONU a recensé 934 meurtres, 684 blessés et 680 enlèvements dans la capitale haïtienne Port-au-Prince.

Sur une période de cinq jours, du 8 au 12 juillet, au moins 234 personnes ont été tuées ou blessées dans le cadre des violences liées aux gangs dans le quartier de Cité Soleil. La plupart des victimes n’étaient pas directement impliquées dans des gangs et ont été directement visées par des éléments de gangs. « Nous avons également reçu des informations faisant état de nouvelles violences sexuelles », a dit le porte-parole.

Dans ce contexe, le HCDH appelle « les responsables, et ceux qui soutiennent cette violence armée, à la cesser immédiatement, ainsi qu’à respecter la vie et les moyens de subsistance de tous les Haïtiens, dont la plupart vivent dans une extrême pauvreté ».

Des attaques de plus en plus sophistiquées

Le Haut-Commissariat note que les gangs lourdement armés sont de plus en plus sophistiqués dans leurs actions, menant des attaques simultanées, coordonnées et organisées dans différentes zones. « Le droit à la vie est le droit suprême en vertu du droit international des droits humains et l’État a le devoir de protéger ce droit, y compris contre les menaces émanant de personnes et d’entités privées », a souligné le porte-parole.

Dans le cadre de leurs tactiques, certains gangs ont empêché la population locale d’accéder à des biens de première nécessité, tels que l’eau potable et la nourriture. Cela a encore aggravé la prévalence de la malnutrition aiguë dans les zones touchées, notamment chez les enfants.

 

La violence a également exacerbé les pénuries de carburant, le principal dépôt de carburant étant situé à Cité Soleil, et les coûts de transport ont fortement augmenté. La situation socio-économique critique a déclenché des manifestations de rue, contribuant à détériorer davantage la situation sécuritaire. Alors que beaucoup des résidents se sont barricadés l’intérieur, de nombreux commerces ont fermé, par peur des représailles.

 

Le HCDH rappelle que selon le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ratifié par Haïti, toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé et son bien-être, notamment en ce qui concerne l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux et les services sociaux nécessaires.

 

Depuis le début du mois de juin, des gangs ont également attaqué des institutions clés à Port-au-Prince, comme le Palais de justice et l’administration portuaire. Des menaces d’attaques ont aussi été signalées contre le Parlement, les services pénitenciers, la Banque nationale, la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif. « Les autorités de l’État semblent dépassées par la situation : les institutions sont paralysées par le manque de ressources, la corruption et la violence, ce qui favorise l’impunité. Bien que la Police nationale haïtienne ait réagi rapidement et autant que possible, ses ressources limitées n’ont pas permis d’endiguer la violence », a déclaré le porte-parole du HCDH.

Les agences humanitaires de l’ONU prêtes à porter secours

De l’aide alimentaire d’urgence est préparée pour être distribuée à des Haïtiens.

De leur côté, les agences humanitaires de l’ONU se sont déclarées « prêtes à porter secours » aux communautés touchées par la violence des gangs en Haïti.

« Alors que les souffrances continuent à Cité Soleil, l’insécurité empêche les agences humanitaires d’entrer dans Cité Soleil », a déclaré Ulrika Richardson, Coordinatrice humanitaire de l’ONU. « L’ONU est prête à porter secours aux nombreux enfants, femmes et hommes pris entre deux feux par la violence de gang, dès que les partenaires humanitaires pourront accéder aux zones touchées ».

« Les habitants de Cité Soleil sont parmi les plus touchés par les vagues de violence actuelles en Haïti », a-t-elle ajouté, « et ils ont désespérément besoin de soutien en ces temps difficiles, en particulier le nombre croissant d’enfants souffrant de malnutrition aiguë, les nombreuses femmes et filles qui sont violées ainsi que les garçons qui sont recrutés de force par les gangs ».

Cité Soleil n’est pas le seul quartier où les gangs opèrent en toute impunité. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) estime qu’environ 1,5 million de personnes, soit près de 50% de la population de la capitale, sont directement touchés par la violence, et voient leur liberté de mouvement et d’accès aux services de base restreints.

Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), un demi-million d’enfants de la capitale seraient déscolarisés en raison de l’insécurité.

Les agences des Nations Unies continuent à venir en aide aux Haïtiens les plus vulnérables à Port-au-Prince. En 2022, le Programme alimentaire mondial (PAM) a soutenu plus de 62.000 personnes avec une aide d’urgence en espèces de 4,1 millions de dollars, destinée à 207.000 personnes au total dans la zone métropolitaine. Depuis la mi-mai, le PAM a servi 44.000 repas chauds aux populations déplacées. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fourni une assistance à environ 19.000 personnes.

L’UNICEF a soutenu le Ministère de l’Education en vue de la réouverture des écoles dans les zones vulnérables telles que Martissant, La Saline, Cité Soleil, Bas-Delmas, Bel et Tabarre en distribuant des milliers de kits et matériels scolaires aux élèves, et en facilitant les cours de rattrapage pour les lycéens des zones sensibles afin de compenser les nombreux mois de cours perdus.

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES

Échecs / Olympiades: Le Lascahobassien Davidson Gabriel remporte le titre de Maître FIDE (Fédération Internationale d’Echecs)

Port-au-Prince - Par Gérald Bordes - Ce dimanche 7 août, grâce à sa victoire face au Togolais Tcchouka Yakini, le fils de Lascahobas, joueur...

Un haut cadre de l’Etat et son chauffeur exécutés, leurs cadavres brûlés par des gangs armés

Port-au-Prince - Par YPM - Le Directeur de l’Entreprise Publique de Promotion de Logements Sociaux et ancien Sénateur de la République, Yvon Buissereth ainsi...

Sport et Société: Jacot Football Passion rend hommage au sénateur et chroniqueur sportif Patrice Dumont

Port-au-Prince - Par Gérald Bordes - Ce vendredi 5 août, dans son annexe d'Henfrasa, à Delmas, le directeur général de l'école de football Jacot...

La PNH libère 6 otages à La Croix-des-Bouquets

Port-au-Prince - Par YPM - La Police Nationale d’Haïti a libéré six (6) otages dont un ressortissant français lors d’une opération menée ce jeudi...

Congresswoman Ayanna Pressley Joins Vice President Harris in Dorchester for Roundtable on Reproductive Rights

WASHINGTON – Today, Congresswoman Ayanna Pressley (MA-07) joined Vice President Kamala Harris at the IBEW Local 103 in Dorchester for a roundtable with Massachusetts...

Enquête sur les armes et munitions reçues au profit de l’Eglise Épiscopale d’Haïti: deux personnes dont Le secrétaire exécutif diocésain, le père Frantz Cole...

Port-au-Prince - Par YPM- Deux personnes dont le secrétaire exécutif diocésain, le père Frantz Cole devraient répondre aux questions de la Direction Centrale de...

De fausses notes au sein du Secteur Démocratiques et Populaires

Port-au-Prince - Par YPM- Les violons semblent ne plus s’accorder entre des personnalités de premier plan du Secteur Démocratique et Populaire (SDP). En début...

Le SDP abandonne le navire d’Ariel Henry en se retirant de l’accord du septembre

Port-au-Prince - Par YPM- Le Secteur Démocratique et Populaire (SDP) qui avait mené une bataille sans merci contre l’ancien Président Jovenel Moïse, et qui...