Monday, June 17, 2024
HomeGeneralAssassinat de Jovenel Moïse: Réginald Boulos réfute les suspicions de Martine Moïse...

Assassinat de Jovenel Moïse: Réginald Boulos réfute les suspicions de Martine Moïse à son encontre

Port-au-Prince – Vendredi 30 Juillet 2021 – Par YPM – Dans une interview accordée au quotidien américain m, le New York Times, l’ex Première Dame d’Haiti Martine Moïse a laissé entendre, mais sans l’accuser, que l’homme d’affaires Réginald Boulos, un potentiel candidat à la présidence d’Haïti pourrait tirer profit de l’assassinat de son mari.

« Je n’ai absolument, absolument, absolument rien à voir avec son meurtre (Jovenel Moïse), même dans les rêves », a déclaré M. Boulos. L’homme d’affaires a tenu à préciser que  ses comptes personnels, avec moins de 30 000 $, avaient été bloqués avant qu’un juge du Tribunal des référés n’annule cette décision de l’Unité de lutte contre la corruption.

M. Boulos a insisté sur le fait que, l’assassinat de Jovenel Moïse était plus nuisible à sa carrière politique que du vivant de la victime. Réginald Boulos dit soutenir une enquête internationale forte et indépendante pour trouver tous les auteurs et commanditaires de l’assassinat de Jovenel Moïse ainsi que les exécutants.

Dans le cadre d’une enquête sur les prêts ONA de plus de 2 milliards de gourdes et 65 millions de Gourdes versés par l’ONA à l’Étude notariale de l’ancien Premier Ministre Jean Henry Céant, Me Hans Jacques Ludwig Joseph, Directeur Général de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) avait ordonné le 23 juin dernier aux institutions bancaires de geler 260 millions de Gourdes de plusieurs personnes ayant des liens avec Real Business Investissement (RBI) dont l’homme d’affaires Pierre Réginald Boulos est le PDG.

Pour l’ULCC ces 260 millions correspondraient à de l’argent public détourné incluant les amendes à payer qui doivent être remis au Trésor Public.

Le 28 juillet, le tribunal des référés annulait tous les mandats d’amener émis par le directeur de l’ULCC (Unité de Lutte Contre la Corruption) à l’encontre des membres de RB Investments, dont l’entrepreneur et homme politique Réginald Boulos. Le doyen du tribunal civil de Port-au-Prince, Bernard Sainvil, a également déclaré arbitraire et illégal la mesure conservatoire de l’ULCC consistant à bloquer les comptes de ces entrepreneurs.

- Advertisment -

LES PLUS RECENTES